Article...

Contribution des universitaires à la recherche, au développement et à l’innovation en génie civil

Thèmes :

Les laboratoires universitaires ayant des activités de recherche en génie civil sont le plus souvent associés à des établissements d’enseignement : écoles d’ingénieurs, universités, IUT… On trouve en France 17 départements génie civil d’IUT, 11 IUP (Instituts universitaires professionnalisés) traitant de génie civil, huit licences maîtrises traitant de génie civil, et 28 écoles d’ingénieurs soit de spécialité soit avec une option génie civil. Les laboratoires menant des recherches en génie civil sont au nombre de 31. Il s’agit souvent d’équipes au sein de laboratoires relevant soit de la mécanique, soit de la physique ou de la chimie, soit de la géologie. Les laboratoires participent activement à la formation par la recherche en accueillant les étudiants de DEA et les doctorants. Ces étudiants sont rattachés à des écoles doctorales. On compte en France 16 formations de 3e cycle de génie civil. Les enseignants chercheurs du génie civil sont regroupés au sein de l’Association universitaire du génie civil (AUGC), qui édite régulièrement des annuaires de ses membres, des formations, des laboratoires et un catalogue des publications des universitaires. L’AUGC organise également des colloques thématiques, des rencontres annuelles. Elle collabore avec l’AFGC (Association française du génie civil), l’IREX, le G2C (Groupement des associations du génie civil) pour le montage de forums ou de colloques sur des thèmes transversaux. Les universitaires participent à titre individuel aux groupes de travail de l’AFGC, contribuent à la diffusion et à la valorisation de l’innovation en génie civil, et encadrent les doctorants et jeunes chercheurs, souvent en convention de type CIFRE ou DRT, en partenariat avec les entreprises. Les recherches menées dans les laboratoires universitaires de génie civil se situent à plusieurs niveaux. Elles traitent de points fondamentaux, souvent en relation avec la mécanique et la physico- chimie, en collaboration avec d’autres grands établissements de recherche, et en association avec le CNRS. Par exemple, il convient de citer les développements de modèles complexes de calcul de structures et d’évolution des matériaux. Mais les laboratoires contribuent également au développement et à l’innovation en collaborant avec les entreprises et les centres de recherche professionnels. Un nombre important d’entre eux participe aux projets nationaux, dont ceux de l’IREX, et pratique avec les entreprises des partenariats sous des formes multiples avec le soutien du RGCU (Réseau génie civil et urbain) ou d’autres instances nationales ou européennes. Citons les recherches sur le développement des nouveaux bétons, de l’instrumentation en génie civil et en géotechnique, et l’étude des structures ou matériaux dégradés… Enfin, à un niveau souvent local, les laboratoires contribuent au transfert et à l’innovation avec les PME-PMI, mais également avec les entreprises et les industries régionales du BTP. Quelques exemples d’innovation au service des travaux publics sont présentés ici. Certains portent sur les sols et la géotechnique, d’autres sur les ouvrages. Ils relèvent plutôt du deuxième niveau évoqué ci-dessus. Il faut noter que les travaux présentés ont été réalisés par des chercheurs confirmés aussi bien que par de jeunes doctorants.

531.51 Ko

Téléchargez le PDF

... de la revue

Recherche - Archives

Lectorat Publicité Planning rédactionnel