Article...

Delta 3-La plate-forme multimodale de Dourges

Thèmes : Terrassements

Un beau jour de l’année 1841, l’ingénieur sondeur Mulot fut sollicité par Mme Henriette De Clercq, riche propriétaire, pour forer un puits artésien dans sa propriété de Oignies, près de Dourges. Lors du forage, il découvre la présence de houille, vers 170 m de profondeur. Cette découverte fut gardée secrète jusqu’en 1852, date où fut créée la Compagnie des mines de Dourges. Aussi ce n’est que le 5 août 1852 qu’est signé le décret de concession attribuant une parcelle de 3787 hectares à Mme De Clercq et M. Mulot. Après l’échec du creusement de la fosse n° 1 de Dourges, dont le cuvelage avait cédé, ce n’est qu’en 1856 qu’est mise en production la fosse n° 2. Au fil des années, les travaux de fonçage des puits se succèdent. L’effectif de mineurs de fond passe de 522 en 1869 à 2 300 en 1910, pour une production passant de 232 000 t en 1880 à 606 000 t en 1910. Au début du siècle, la société possède une douzaine de fosses, un lavoir à charbon, 60 fours à coke, 7,5 km de chemin de fer et un quai d’embarquement. Durant la Grande Guerre, pendant l’occupation allemande,tous les cuvelages de puits sont minés, les galeries inondées, et la production réduite à néant. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la compagnie compte 6677 mineurs et 2129 ouvriers au jour. Elle produit alors près de 1750000 t de charbon par an.

388.64 Ko

Téléchargez le PDF

... de la revue

Numéro : 777

Terrassements

Date de parution : Juillet-Août 2001

Sommaire :
Préface
Sommaire
A29
A77

Commander le numéro complet sur papier

Recherche - Archives

Lectorat Publicité Planning rédactionnel